Qui suis-je ?

 

Matériaux de qualité

Excellent rapport qualité-prix

Artisan d'art

Lorsqu’en 77 j’ai hérité d’un salon Louis XVI. Il était un peu fatigué et recouvert d’une soierie rayée or et bleu Trianon.

Pour des raisons de budget j’ai entrepris de le restaurer moi-même en me documentant et en m’entourant des conseils de professionnels (je suis très attirée par les chiffons et tout ce qui est manuel, un peu artistique et qui demande de l’adresse et de la patience).

Le résultat pour une néophyte comme moi était plus qu’honorable. Une passion était née et je courrais les brocantes à la recherche de ruines sur lesquelles l’assouvir et faire de réels progrès.

En 2010 j’ai eu, appelons ça, comme ça, un revers de fortune. Il fallait que je trouve du travail rapidement.

Mon âge faisait qu’on ne me proposait que des postes précaires et très mal rétribués.

IL me restait la solution de créer mon propre emploi. C’est alors que ma fille m’a suggéré de me servir de mes talents, réels ou supposés (de l’avis général, cela m’amuse beaucoup, il paraît que, j’ai des mains d’or).

J’ai engagé mes derniers deniers pour suivre pendant 18 mois une formation intensive à Marseille dans un lycée professionnel dépendant de Marseilleveyre. Mon diplôme en poche, (175,50 / 200), j’ai été aidée par DEFIE pour monter mon entreprise.

Et me voilà artisane, Tapissière en Meubles !

J’ai transformé ma maison en atelier. Pour aller au devant de ma clientèle, je dresse, tous les mercredis et les dimanches en période estivale, un stand sur le marché de St Maximin et un mardi sur deux, en alternance, à Cotignac et à Lorgues. Là, les personnes intéressées par mes prestations me contactent et viennent concrétiser leurs commandes au village où elles peuvent choisir des tissus d’éditeurs originaires et fabricants d’Europe.

Mes clients deviennent mes meilleurs ambassadeurs et commencent à arriver d’assez loin, attirés par mon savoir faire et je ne compte pas mes heures !

A l’époque du « tout jetable » J’ai choisi de restaurer en « traditionnel » les sièges qui ont souvent une histoire et un affect avec leurs propriétaires. Ce travail en traditionnel se fait avec des matériaux nobles, écologiques et recyclables (ressorts, crins végétal et animal, toile et sangles de jute, cordes de chanvre).

Cependant, Il ne faut pas refuser au modernisme les côtés positifs qu’il met à notre disposition et ce n’est pas une concession si je préfère utiliser à la place des semences, des agrafes qui, tout en ayant un pouvoir fixant comparable, abîment bien moins le bois et à la place de la ouate de coton, de la ouate de polyester qui, jusqu’à la preuve du contraire, est dédaignée par les mites

Mes tarifs sont plus que raisonnables compte tenu de la qualité des matériaux et du temps passé sur chaque pièce puisqu’ils sont au même niveau que les artisans travaillant avec de la mousse.

N.B. Les Tapissiers en Meubles font partie des Artisans d’Art